Bienvenue sur le site d'Agnès Andrès
Cabinet de thérapie et de sophrologie

94 Avenue Du 8 Mai 1945

93150 LE BLANC-MESNIL

France

01 48 65 06 87

94 Avenue Du 8 Mai 1945

93150 LE BLANC-MESNIL

France

01 48 65 06 87

Un conseiller vous rappelle gratuitement

Séances de sophrologie à Le Blanc-Mesnil (93)

Définition - Séance - Relaxion - Respiration

Définition

La sophrologie a été créée par le professeur Caycedo, neuropsychiatre, à Madrid en 1960 avec une équipe de psychiatres et de neurophysiologistes. Elle s’appuie sur une méthodologie éprouvée, structurée et reproductible, permettant de développer nos capacités personnelles, de révéler notre potentiel et ainsi d’améliorer notre existence quotidienne.

Elle recherche l’harmonie physique et mentale, la sérénité et la paix intérieure.

À partir de techniques simples à utiliser elle permet à chacun de rechercher ses valeurs personnelles et de porter un nouveau regard sur la vie, plus riche, plus ouvert, générateur d’espoir et de projets.

Elle est une véritable voie de développement personnel, permettant d’établir les bases stables de la confiance en soi.

Séance

C’est un rendez-vous que nous prenons avec nous-mêmes, un moment privilégié où nous pouvons être à l’écoute de notre réalité individuelle. Nous pouvons alors rentrer dans un rapport d’amitié et d’intimité avec nous-mêmes. Une séance de sophrologie est une parenthèse dans le temps qui permet :

  • D’apprendre à se détendre pour accéder aux couches profondes de notre conscience.
  • De réaliser grâce aux exercices proposés la rencontre corps-esprit au niveau sensitif, émotionnel et intuitif.
  • D’accueillir la « vivance », cette expérience vécue dans notre conscience qui nous amène à une transformation.

Ainsi nous en arrivons à poser un nouveau regard sur nous-mêmes. Nous pouvons vivre l’harmonie intérieure, la confiance en nos capacités et l’espoir pour nos projets positifs.

À quoi sert la relaxation ?

La relaxation va bien au-delà de la simple détente musculaire.

La relaxation loin d’être une fin, est un moyen, une première étape, permettant d’accéder à un niveau de conscience élargi et à un rythme cérébral appelé « Alpha ».

L’un des buts de la Sophrologie est d’utiliser de façon optimale toutes les ressources qui sont en nous et pour cela notamment de repousser les limites ou les barrières que notre histoire personnelle a construite à l’intérieur de notre inconscient. C’est lui l’interlocuteur privilégié avec lequel nous allons progressivement apprendre à dialoguer, que notre but soit de mieux gérer le stress, retrouver un dynamique de réussite, participer à notre santé ou dénouer des situations émotionnelles du passé.

Comment nous adresser à cette partie de nous-même souvent ignorée, cachée, apparemment inaccessible, voire même parfois crainte ?

Rien de plus simple. Il faut se rapprocher d’elle et parler son langage.

Dans un premier temps on apprend à devenir plus proche de son taux vibratoire, grâce à la relaxation musculaire qui fait passer le voltage de notre cerveau de vingt microvolts environ à cent, vibration proche de celle que nous voulons atteindre, comme si nous souhaitions capter avec un poste radio des fréquences subtiles.

Il nous faut pour cela moduler les ondes en changeant le réglage. C’est ce que nous faisons en détendant nos muscles et en fermant les yeux. Nous libérons ainsi les tensions de notre corps et donc l’activité de nos aires cérébrales qui étaient occupées à maintenir notre posture, l’analyse des sensations extérieures, la coordination de la parole…

Elles deviennent disponibles et permettent un élargissement de notre champ de conscience.
Et nous sommes alors tout proches de cet inconscient que nous cherchons à atteindre.

Respiration

Ce n’est pas d’oxygène qu’il s’agit, mais du contrôle de la respiration :

  • Agitée, inégale, saccadée, tout l’organisme bascule dans l’anxiété.
  • Posée, délibérée régulière, elle entraîne paix et repos de l’esprit.

La physiologie décrit 2 systèmes nerveux « autonomes », ainsi qualifiés parce qu’ils ne peuvent être consciemment dirigés :

- le système nerveux sympathique dirige l’attention de l’organisme vers l’extérieur et le met en état d’alerte : décharge d’adrénaline, accélération du rythme cardiaque, hausse de la tension artérielle et musculaire.

- le système nerveux parasympathique détourne l’attention de l’organisme vers l’intérieur et fait baisser les défenses : flot d’acétylcholine, ralentissement des pulsations du cœur, baisse de la tension artérielle, relaxation des muscles, entraînant un état de calme portail de la paix intérieure.

Il se trouve que notre respiration peut aider l’un de ces systèmes à dominer l’autre à un moment donné. Ainsi, quand l’inspiration et l’expiration sont superficielles et ne font intervenir que la cage thoracique le système sympathique prend les commandes.

Rapide, haletante (même sans efforts physiques), cette respiration réduit à néant ou presque la contribution du système parasympathique. Au pire elle peut déclencher une violente attaque d’anxiété, au mieux nous rendre plus sensible aux agressions extérieures (D’où irritabilité excessive, peur et fuite devant un incident mineur, désir machinal pour le premier tranquillisant venu : chocolat, cigarette etc…)

A l’inverse, une respiration lente et profonde fait jouer le diaphragme qui fait sortir et rentrer l’abdomen avec le va et vient du souffle jusqu’au fond des poumons.

Le système parasympathique domine et bloque les effets anxiogènes du système sympathique : la tension du corps se relâche un peu plus à chaque expiration, comme si elle n’attendait que l’ouverture de cette voie pour s’échapper.

C’est l’une des portes d’entrée de la méditation : Peur, colère et désirs inutiles s’évanouissent sous la douceur de ce souffle que